• Une nouvelle ère : Les femmes au pouvoir !

    Une nouvelle ère : Les femmes au pouvoir !

     

     

    Michelle Bachelet est, depuis le 15 janvier, la première femme élue chef d'Etat en Amérique du Sud. Peu avant elle, Ellen Johnson Sirleaf ouvrait, elle aussi, les portes de la présidence pour les femmes au Libéria. En Finlande, Tarja Halonen est réélue depuis le 29 janvier et obtient 51,8% des suffrages. Le monde compte aujourd'hui six femmes présidentes et cinq autres chefs de gouvernement. S'agit-il d'un nouveau phénomène sociologique et politique ? La question est posée.

     

    La présence féminine sur la scène politique, concentrée ces derniers mois, nous rappelle le jour du droit de vote des femmes en France le 21 avril 1944. Le long combat des femmes à être considérées comme l'égale des hommes connaîtrait aujourd'hui sa totale réussite. Il nous faut pourtant mentionner que d'autres femmes ont été actrices politiques : en Argentine, Isabelle Peron, veuve du président Juan Domingo Peron, lui a succédé de 1974 à 1976. En Islande (Vigdis Finnbogadottir de 1980 à 1992 par deux mandats), en Irlande ( Mary Robinson de 1988 à 1997), au Sri Lanka (Chandrika Kumaratunga pendant onze ans à partir de 1994), au Panama (Mireya Moscoso, veuve du caudillo populiste Arnulfo Arias de 1999 à 2004) et enfin en Indonésie (Megawati Soekarnoputri de 2001 à 2004). Pas moins de dix femmes ont connu la fonction de premier ministre, en Inde, en Israël, en Norvège, en Turquie, au Sénégal ou encore en France pour ne citer que quelques pays. Margaret Thatcher, connu sous le nom de « la dame de fer » a redressé économiquement la Grande-Bretagne et est restée onze ans au pouvoir. Notons que la plupart ont succédé leur mari ou ont été femme « à poigne », de celles qui sont qualifiées de « femme/homme ». La nouveauté se trouve alors davantage dans la perception que les peuples ont des femmes qui accèdent au pouvoir, plutôt que dans son nombre. On parle aujourd'hui de femmes « au pouvoir » plutôt que de femmes « de pouvoir ».

    Ce constat s'explique facilement quand on soulève le fait que l'image des hommes politiques a tendance à s'étioler depuis quelques temps.

    Les populations sont prêtes à voter pour des femmes pourvu que naisse une nouvelle dynamique politique et que leur personnalité soient rassurante Il est toutefois dénaturer de parler de véritable phénomène : la représentation des hommes et des femmes dans le monde politique est loin d'être paritaire. Le succès que ces femmes rencontrent, bien que conjoncturel, se présente comme une importante remise en question que les dirigeants déjà présents devraient avoir. Le phénomène peut, toutefois, encore attendre avant de devenir structurel : L'exercice du pouvoir pour les femmes n'a jamais été une soif, contrairement aux hommes qui pâtissent aujourd'hui de leur absence de modération.

    cam


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :